Postuler

Réf.
2022/EEIPEF/8576

Type d'offre
Experts

Type de contrat
Contrat de prestation de services

Conditions de l'offre
~150 H.J

Secteurs d'activité
Climat et Agriculture ; Formation professionnelle, Insertion, Emploi ; Education, Enseignement supérieur et Recherche ; Ingénierie de développement

Date limite de candidature
30/11/2022 23:59

Durée de la mission
Expertise perlée

Contrat
Indépendant / Entrepreneur Individuel

Durée
36 mois

Description de la mission

Au titre du développement de formations répondant aux besoins de l’Economie Bleue, le projet viendra apporter un soutien pour la mise à niveau de l’offre de formation existante (professionnelle et universitaire, initiale et continue) et, dans le cas où le besoin est confirmé, le développement d’une nouvelle offre de formation Economie Bleue, en lien avec les compétences bleues (blue skills) identifiés à travers l’analyse prospective des compétences.

Sous la supervision Chef de projet Adjoint, l’expert.e en ingénierie P & F sera chargé (i) définir la stratégie d’intervention du projet ainsi qu’un plan d’action sur le volet « Formation EB », en concertation avec les experts référents (ii) appuyer l’équipe projet et les opérateurs dans la mise en œuvre du plan d’action « Formation EB ».

 

Définir et piloter la stratégie d’intervention du projet sur le volet « Formation EB »

  • Etablir une cartographie des cursus de formation existants en lien avec l’Economie Bleue avec l’appui des experts référents : mise à jour de l’étude sectorielle du MPPH, analyse de l’offre de formation du MFEP sur les métiers le long de la chaîne de valeur des secteurs de la pêche et de l’aquaculture, etc. ;
  • Approfondir l’analyse des capacités des établissements de formation identifiés dans le cadre de la phase de démarrage du projet et définir les besoins d’appui, en lien avec les objectifs du programme : écoles supérieures spécialisées et universités, Instituts et écoles Technologique de Pêche et d’Aquaculture, centres de formation professionnelle etc. ;
  • Etablir la stratégie d’intervention du projet sur le volet « Formation EB » et définir une feuille de route en coordination avec les experts référents.

Le soutien à la création d’un centre pilote pour la formation pour l’EB a été identifié comme une action possible du projet. Il sera nécessaire de déterminer, par souci de concentration des moyens et sur la base de la carte de l’offre de formation EB, l’entité en capacité de jouer ce rôle de centre pilote. La pertinence de cette activité devra être confirmée lors de la phase de diagnostic. Cette action s’inscrit en complément de l’élaboration de programmes de formation ;

  • Développer des plans d’actions spécifiques pour le(s) opérateur(s) ciblé(s) ;
  • Fournir des contributions, conseils et orientations à l’équipe de pilotage pour la mise en œuvre de cette feuille de route.
  • Participer aux exercices de définition et de planification des activités du projet.

 

Appuyer l’équipe projet et les opérateurs dans la mise en œuvre du plan d’action « Formation EB »

  • Définir et mettre en œuvre les actions de renforcement de capacités permettant de répondre aux besoins d’appui identifiés : formation en andragogie, formation de formateur, animation d’ateliers, etc. ;
  • Accompagner l’entité qui sera chargée de la mise à jour des contenus de formation en intégrant l’EB dans les modules de formation des établissements de formations selon l’approche par compétences ;
  • Participer et appuyer l’équipe projet dans le déploiement des actions de formation chez les opérateurs ciblées ;
  • Appuyer les opérateurs de formation dans la planification et le déploiement des interventions au niveau des établissements ;
  • Appuyer l’élaboration d’outils permettant d’améliorer l’offre de formation des établissements de formation du point de vue de la congruence de l’offre et de la demande (outils d’analyse des besoins de formation, outils de suivi des effets à court, moyen et long terme des actions de renforcement des compétences professionnelles, etc.) et de la montée en gamme de l’offre ;
  • Appuyer établissements de formation, en lien avec l’experte mobilisée sur le sujet, vers une meilleure prise en compte des enjeux de genre dans les actions de formation.

Description du projet ou contexte

L’objectif général du projet « Economie Bleue, Pêche et Aquaculture » est de contribuer au développement économique de l’Algérie en développant durablement l’Economie Bleue (EB) notamment dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture en cohérence avec les actions que le Gouvernement algérien sera amené à lancer au titre de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale pour l’Economie Bleue (SNEB).

Trois objectifs spécifiques (OS) sont proposés pour atteindre cet objectif général, avec leurs résultats attendus, comme suit :

 

OS1 – L’économie bleue soutient la création d'emplois, de valeur et de nouvelles opportunités d'investissement au profit des communautés côtières par la diversification des services, l’innovation, la mise en place de la Planification des Espaces Maritimes (PEM) et la promotion de l’aquaculture marine et continentale :

 

R1.1 – Les revenus des acteurs économiques des zones côtières du pays, en dehors du secteur de la pêche, sont stabilisés voire accrus au niveau local, par la diversification des activités de l'économie bleue, y compris de l’aquaculture, sur l’ensemble de la chaîne de valeur, en créant de nouveaux services et/ou métiers, y compris pour les femmes ;

 

R1.2 – Les acteurs de la recherche et de l’innovation sont accompagnés pour mieux contribuer au développement de l’économie bleue et un programme national de recherche et développement est initié en matière de biotechnologies marines, de techniques de pêche adaptées et d'accompagnement à la création d’entreprises innovantes ;

 

R1.3 – La planification intégrée des espaces maritimes et littoraux est mise en œuvre dans les sites pilotes avec une gouvernance et des outils dédiés ;

 

R1.4 – Une offre de formation répondant aux besoins de l’économie bleue est mise en place au profit des acteurs publics et privés de la pêche et de l’aquaculture.

 

OS2 – Les revenus et les conditions de travail des pêcheurs artisans sont améliorés :

 

R2.1 – Les structures professionnelles sont renforcées ;

 

R2.2 – La création de valeur ajoutée est accrue et tracée dans le secteur de la pêche ;

 

R2.3 – Les petits métiers de la pêche algérienne sont suivis, accompagnés et encadrés conformément à la déclaration ministérielle relative au plan d’action pour la pêche artisanale en Méditerranée et en Mer Noire.

 

 

 

 

OS3 – L’Algérie dispose des capacités opérationnelles pour assurer le suivi, le contrôle et la gestion de la pêche sur l’ensemble de son territoire en répondant aux définitions et exigences d’encadrement et de rapportage auprès des instances régionales de régulation (CGPM, CICTA).

 

R3.1 – L’administration dispose d'un système d'information halieutique (SIH) performant, ainsi que de capacités techniques et d'un cadre juridique adapté pour gérer les stocks halieutiques avec l’implication des professionnels pour un suivi effectif et partagé des captures et de la production ;

 

R3.2 – Dans les zones pilotes, les activités de la pêche sont suivies, contrôlées et surveillées sur des zones réglementées dans une perspective d’extension ultérieure de ces dispositifs à l’ensemble des espaces maritimes algériens ;

 

R.3.3 – Les capacités de contrôle, de surveillance des activités, dont celles de lutte contre la pêche INN (illicite, non déclarée et non réglementée) sont renforcées et testées en premier lieu dans les nouvelles ZPR.

Lieu de mise en œuvre

Le programme se déroule en Algérie, dans les 14 wilayas côtières. Des thématiques prioritaires seront identifiées et mises en œuvre sur des « zones pilotes » regroupant une à plusieurs wilayas côtières. Par ailleurs, des actions ponctuelles pourront également être mises en œuvre en dehors de ces zones pilotes en fonction des besoins identifiés.

L’équipe

L’équipe projet est organisée autour i) d’un bureau de pilotage et coordination situé à Alger et ii) de trois bureaux régionaux situés à Annaba, Boumerdès et Tlemcen.

L’équipe d’Alger est en charge du pilotage des activités déléguées à Expertise France (i) définition et mise en œuvre de la stratégie d’intervention à l’échelle nationale et régionale (ii) pilotage des trois équipes régionales présentes à Annaba, Boumerdès et Tlemcen (iii) mise en œuvre de la stratégie de communication et visibilité, et du système de suivi-évaluation (iv) gestion administrative et financière du projet.

Cette équipe est composée d’un chef de projet, d’un chef de projet adjoint également expert référent « Economie Bleue », d’un chargé de mission S&E, d’une chargée de mission en communication, d’une assistante administrative, d’une responsable administratif et financier, d’une comptable, d’un responsable en passation de marchés, d’un logisticien.ne et enfin d’experts référents.

Ces experts référents accompagnent le chef d’équipe et les équipes régionales dans la définition et la mise en œuvre des activités du projet. Ils couvrent l’ensemble des thématiques du projet : Economie bleue, Recherche et formation universitaire, Pêche et aquaculture, Protection sociale, Surveillance des Pêches.

Les équipes régionales sont en charge (i) du pilotage et de la mise en œuvre des activités à l’échelle régionale (ii) de la concertation avec les partenaires de mise en œuvre à l’échelle régionale (iii) de la supervision des experts court termes et des prestataires de services mobilisés.

 

 

Contexte de la mission

Conscient des faiblesses du dispositif de formation du secteur de la pêche et de l’aquaculture, le ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche (devenu depuis le ministère de la Pêche et des Productions Halieutiques, MPPH) avait engagé fin 2014 une réforme du système dite de « Professionnalisation et rentabilisation de la formation ».

A partir de 2016, le projet DIVECO 2 a permis d’étendre et d’approfondir cette réforme par un diagnostic du système de formation professionnelle du secteur et la mise en œuvre d’une série d’activités. Une analyse puis l’adaptation des programmes de formation et des méthodes pédagogiques des établissements de formation visant à une meilleure employabilité des sortants dans les filières pêche et aquaculture ont été réalisées.

La SNEB se veut plus complète et en phase avec les nouveaux défis de demain en termes de compétences, d’emplois et de nouveaux métiers dans les domaines liés à la pêche et à l’aquaculture, en amont et en aval des activités de production. Cette stratégie, de portée multisectorielle, fait également apparaître de nouveaux besoins qui induiront l’émergence de nouveaux métiers, dit « métiers bleus », ainsi que des « compétences bleues ». La nomenclature nationale des métiers sera ainsi enrichie et complétée grâce à l’élaboration de nouvelles fiches NAME des métiers de la mer par catégorie, des métiers connexes notamment le long de la chaîne de valeurs mais aussi des métiers bleus.

Ainsi et afin de répondre aux besoins de l’économie bleue et conformément à la SNEB, il est important d’accompagner l’offre et la capacité de formation en adéquation avec les attentes des secteurs de l’économie bleue. Le projet s’appuiera sur une approche par compétences, en développant les capacités nationales en matière d’ingénierie de projets et de financement afin de solliciter les bailleurs de fonds ou de répondre à leurs appels à projets.

Les capacités de formation soutiendront les secteurs de la pêche et de l’aquaculture par une offre restructurée et mise à jour, qui tienne compte des enjeux émergents tout en s’adaptant aux besoins des secteurs socio-économiques. Cette action doit contribuer à la résilience des secteurs de la pêche et de l’aquaculture dans l’approche intégrée de l’économie bleue, tout en appuyant de façon volontariste l’insertion de la jeunesse et des femmes tout au long de la chaîne de valeur et dans les activités connexes en amont et aval de la pêche et de l’aquaculture.

Des liens fonctionnels sont également à établir de manière effective et durable entre le secteur de la formation et de l’enseignement et celui de l’innovation technologique et sociale non académique afin de moderniser l’appareil de formation et de ses supports d’une part et d’offrir, d’autre part, aux secteurs de l’innovation une plateforme expérimentale.

Profil souhaité

Profil souhaité

Le/la Expert.e international en Ingénierie P&F devra répondre au profil suivant :

  • Bac +3/Bac+5 en sciences humaines, sciences de l’éducation et de la formation, ou tout autre formation pertinente
  • Parfaite maitrise de la langue française (orale et écrite);
  • Maitrise de l’outil informatique (Ex. MS Office : Word, Excel, PowerPoint, …).
  • Capacité à travailler en équipe et sens de la diplomatie ;
  • Capacité d’adaptation et flexibilité ;
  • Capacité et disponibilité de déplacement dans les régions et les sites pilotes du projet ;

Expériences professionnelles

  • Au moins 10 années d’expérience professionnelle générale dans la conception, la mise en œuvre, le suivi opérationnel et/ou l’évaluation de systèmes de formation et d’offres de formation, de processus de validation des acquis de l’expérience, la rédaction de référentiels emplois et compétences, la conception de plans de formation pour des services publics (ministères, directions générales…) et/ou privés ;
  • Au moins 5 expériences professionnelles dans les domaines suivant : la conception de plans de formation, la mise en œuvre de systèmes pédagogiques innovants pour améliorer la performance des apprentissages, la conception de modules de formation ;
  • Au moins 5 expériences dans l’implantation des programmes de formation selon l’approche par compétences ;
  • Au moins 10 années d'expérience professionnelle dans le domaine de la coopération internationale ;
  • La connaissance du contexte algérien et de son dispositif de formation sera considérée comme un atout.

Informations complémentaires

Lieux de la mission : Alger et wilayas côtières.

Documents à fournir à l’appui de la candidature :

  • Un CV
  • Références
  • Formulaire de candidature

Prise de poste prévue pour janvier 2023

Type de contrat : Contrat de prestation de services

Critères de sélection des candidatures

Le processus de sélection des candidats s'opérera selon le(s) critère(s) suivant(s) :

  • Formation/compétences/expériences du candidat
  • Formation/diplômes du candidat en lien avec la mission d’expertise
  • Compréhension par le candidat du rôle de la mission au sein du projet de coopération

Date limite de candidature : 30/11/2022 23:59

Expertise France est l’agence publique de conception et de mise en œuvre de projets internationaux de coopération technique. L’agence intervient autour de quatre axes prioritaires :

  • gouvernance démocratique, économique et financière ;
  • paix, stabilité et sécurité ;
  • climat, agriculture et développement durable ;
  • santé et développement humain.

Dans ces domaines, Expertise France assure des missions d’ingénierie et de mise en œuvre de projets de renforcement des capacités, mobilise de l’expertise technique et joue un rôle d’ensemblier de projets faisant intervenir de l’expertise publique et des savoir-faire privés.

Ce site web utilise des cookies pour la réalisation des statistiques de visites. Ils nous permettent également d'assurer un bon fonctionnement de nos services. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.
Pour plus d'informations, Lire la politique des cookies >>.