Postuler

Réf.
2021/JTER/6427

Type d'offre
Experts

Type de contrat
Contrat de prestation de services

Conditions de l'offre
Roster of experts

Date limite de candidature
20/05/2021 23:59

Durée de la mission
Court terme

Contrat
Indépendant / Entrepreneur Individuel

Durée
18 months/ mois

Description de la mission

Les experts sélectionnés seront invités à effectuer l’une des tâches suivantes selon leurs compétences, la disponibilité et la langue parlée, ainsi que les besoins du projet:

  • Offrir une formation judiciaire initiale ou avancée aux formateurs sélectionnés
  • Prendre contact avec les formateurs locaux concernant la forme et le contenu des formations à dispenser.
  • Veiller à ce que le contenu de la formation soit adapté au contexte local.
  • Fournir une expertise pertinente au contenu de la formation avant, pendant ou après la formation.
  • Assistez à des séances de formation en ligne et « sur le terrain » et partagez votre expérience, fournissez des commentaires et offrez des conseils supplémentaires qui pourraient être nécessaires.
  • Rédiger des rapports d’évaluation après la formation (mettant en évidence les observations de la formation, les aspects du rendement, positifs et négatifs, des formateurs individuels)
  • Rendre compte des améliorations ou suggestions obtenues ou observées pour les futures formations dans la région.
  • Partage d’expérience en matière de formation à un public adulte.
  • Participer à des événements régionaux et nationaux liés à la formation judiciaire du projet OCWAR-C.
  • Coopérer avec le personnel compétent et les experts du projet GLacy+ sur toutes les tâches susmentionnées.

Le contenu doit être livré en Français, en anglais et peut-être en portuguais. L’objectif du projet est que la formation d’introduction soit intégrée, autant que possible, dans les programmes locaux des établissements de formation judiciaire dans le cadre de leur programme régulier.

Bien que des versions de base et avancées de la formation judiciaire soient disponibles, le projet OCWAR-C s’intéresse principalement à l’intégration de la formation de base dans les programmes de formation de la région.

Le format des formations (en ligne, hybrides ou hors ligne) sera décidé en fonction des conditions sanitaires.

Nombre d’experts requis :       A déterminer (minimum 3 par langue)

Période indicative de service :  Les activités seront coordonnées avec l'expert clé en matière de cybercriminalité et dépendent des nominations de formateurs par les pays bénéficiaires pour les formations. Un minimum de trois livraisons est prévu pour 2021 (anglais et français) D'autres formations seront programmées en fonction de la demande.

Période indicative de livraison :  1 Mai 2021 – 30 Novembre 2022

Langue de travail :                    Au moins un de l’anglais et/ou Français et/ou du portugais

Rapporter à :                           Expert Clé Cybercriminlité (KE2)

Contexte:

Les experts sélectionnés seront principalement engagés dans le cadre du cours d’introduction à la formation judiciaire développé par Glacy+ et délivré dans la région en étroite coopération avec le projet Glacy+. En ce qui concerne le volet formation des formateurs, les projets OCWAR-C et Glacy+ visent à offrir un cours sur les compétences de formation et à permettre à certains participants de participer à un programme de certification pour les formateurs du Conseil de l’Europe sur la cybercriminalité et les preuves électroniques.

Le cours d’introduction sera déployé au niveau mondial, à partir de la deuxième partie de 2021. Le projet OCWAR-C veillera à ce que toute la formation soit disponible dans la région.

Le cours le plus important du programme, le cours de formation d’introduction, est un cours important et nécessaire car il donne le fondement même des connaissances pour les juges, les magistrats et les procureurs sur la cybercriminalité.  Il donne aux participants une bonne compréhension des concepts de base de la cybercriminalité et d’autres sujets connexes. Il est prévu que cette formation devienne une partie durable de chaque programme de formation des juges et des procureurs des États membres.

La prestation de ce cours s’inscrit dans la première partie de l’approche Former-les-Formateurs choisie par les projets GLACY+ et OCWAR-C. Il sera dispensé à des candidats soigneusement sélectionnés des pays bénéficiaires et devrait être intégré dans chaque programme-pays de formation des juges et des procureurs dans le cadre de leur formation en service et en pré-service. À cette fin, la formation devra être adaptée pour inclure des aspects locaux tels que la législation. Les candidats sélectionnés devraient adapter le matériel et le localiser, dans le cadre d’une deuxième phase comportant un cours d’introduction au niveau national, qui sera dispensé par les candidats, avec le soutien des experts et le matériel fourni par les projets GLACY+ et OCWAR-C.

Dans la zone de la CEDEAO et en Mauritanie, les points focaux d’OCWAR-C et les coordinateurs pays de Glacy + seront invités à coordonner au niveau national et seront invités à sélectionner les candidats-formateurs et les institutions appropriés pour devenir responsables de la mise en œuvre de ce programme. Des experts soutiendront ces candidats dans leurs efforts. 

Compte tenu de la pandémie en cours, les candidats-formateurs sélectionnés pour cette formation recevront d’abord le contenu des formations en ligne ou dans un format hybride (où il y a un formateur présent via une plateforme en ligne et où les candidats-formeteurs sont ensemble dans un lieu à sélectionner).

Les candidats-formateurs qui seront sélectionnés pour la formation doivent dispenser la formation avec l'aide des projets OCWAR-C et GLACY +, et avec l'aide des experts du pool f sélectionnés dans le cadre de ces TDR, dans leur propre institution en temps voulu. . À cette fin, un suivi est attendu par les experts de l'un ou l'autre projet une fois que le matériel sera mis en œuvre localement. Les candidats formateurs locaux se verront également offrir la possibilité de perfectionner leurs compétences de formation dans le cadre d'une formation dédiée à la formation des formateurs, entre autres.

En plus de servir de base aux candidats-instructeurs pour leur utilisation, ce cours est également une base solide pour les futurs cours sur la cybercriminalité tels que le cours avancé et d'autres cours spécialisés et servira donc de base dans le processus pour la formation future des candidats en matière de cybercriminalité. Des experts peuvent être appelés [pour faciliter des parties du programme plus avancé qui est actuellement en cours d'élaboration.

Description du projet ou contexte

L’objectif global du projet est de contribuer à renforcer la cybersécurité et à lutter contre la cybercriminalité, avec les résultats attendus suivants :

  • Améliorer la résilience et la robustesse de l’infrastructure de l’information.
  • Améliorer la capacité des parties prenantes en charge de la lutte contre la cybercriminalité.

Les principales activités prévues sont :

  1. Établir un cadre stratégique qui renforce l’expertise technique, opérationnelle et analytique des institutions nationales concernées par la cybersécurité;
  2. Améliorer la sensibilisation à la cybersécurité et l’autonomisation des parties prenantes pour sécuriser Internet aux niveaux national et régional;
  3. Améliorer les capacités de traitement des incidents de sécurité informatique dans deux pays pilotes;
  4. Renforcer le respect des droits de l’homme et de l’État de droit dans deux pays pilotes;
  5. Analyser le cadre stratégique de mise en œuvre de l’infrastructure de gestion des clés (IGC) pour deux pays pilotes;
  6. Améliorer le cadre juridique pour que les citoyens profitent des dividendes numériques d’un cyberespace ouvert, libre, sûr et résilient;
  7. Améliorer les capacités d’intervention en cas de cybercriminalité dans deux pays pilotes.

Le projet est divisé en deux composantes. L’un est la cybersécurité (CS) et l’autre est lié à la cybercriminalité (CC). Afin d’obtenir les résultats énumérés ci-dessus, des zones d’activités ont été identifiées au cours de la planification du projet. Chaque domaine est lié à un ou plusieurs des résultats attendus et contient des activités spécifiques (A).

Les termes actuels se rapportent au deuxième volet (CC - Cybercriminalité).

Activité CC4 : Offrir une formation en investigation numérique

 Les activités prévues et couvertes par ces travaux sont énumérées dans la planification des activités d’OCWAR-C comme suit :

(..)" le projet OCWAR-C organisera une formation sur les investigations numériques pour les experts des laboratoires d’investigation numérique, la police et autres organismes concernés. Une partie importante de cette formation sera la formation des premiers intervenants dispensée sous la forme d’une formation de formateurs. Les formations porteront sur la criminalistique (disque dur, téléphones mobiles, mémoire volatile) et les investigations sur la cybercriminalité (stratégie d’enquête, demande d’information aux compagnies de téléphone et aux fournisseurs d’accès à Internet, intelligence open source (OSINT) en particulier).”

La formation comprendra une formation judiciaire qui couvrira à la fois les juges et les procureurs. Il sera développé  et aura lieu en partie en ligne. Un ensemble d’outils de formation en ligne est en cours d’élaboration pour atténuer l’impact de la crise sanitaire COVID-19 qui a gravement entravé la prestation de la formation en personne. La formation judiciaire est susceptible d’être dispensée en format hybride. Le format de cette formation sera largement basé sur une formation de formateurs (FdF).

La formation judiciaire sera mise en œuvre avec l’appui du projet Glacy+ du Conseil de l’Europe sur la base de documents élaborés par le Conseil de l’Europe, traduits et mis à jour par le projet OCWAR-C.  

L’objectif de l’équipe de projet, avec les TdR actuels est d’acquérir un pool d’experts qui peuvent être appelés à développer et à offrir des formations en ligne, hybrides et sur le terrain. Il est prévu que, dans un premier temps, les formateurs concernés, fournis par les pays bénéficiaires du projet, soient formés à la fois au contenu et aux compétences nécessaires à la technologie de la formation. Dans une phase suivante, ils seront aidés à permettre la prestation locale de la formation qui doit être dispensée au niveau national.

L’introduction à la formation judiciaire par exemple, qui est la formation la plus importante à mettre en œuvre dans la région, est conçue pour enseigner aux participants des connaissances de base sur:

  • cybercriminalité et preuves électroniques;
  • comment les procureurs et les avocats peuvent y faire face;
  • les dispositions de fond et les pouvoirs procéduraux du droit national et international pertinent qui s’applique (malabo, convention de Budapest et droit national conformément à la directive de la CEDEAO);
  • mécanismes de coopération internationale;

Plus précisément, le pool d’experts résultant de cette procédure sera appelé à former les formateurs et assurera  par le suivi, que la prestation (partielle) du contenu des formations judiciaires dispensées dans le cadre du projet soient exécutées selon les normes requises. Ils devraient s’assurer que l’équipe du projet et les formateurs nationaux eux-mêmes obtiennent une rétroaction adéquate sur leur rendement et sur la prestation de la formation en général.

Profil souhaité

Qualifications et compétences :

L’expert principal doit avoir une connaissance approfondie de :

  • Le travail du pouvoir judiciaire ou des forces de l’ordre en matière de cybercriminalité et de cybersécurité
  • Instruments et concepts multilatéraux relatifs à la cybercriminalité
  • Une connaissance approfondie des conventions de Budapest, malabo et de la directive pertinente de la CEDEAO.
  • Un ensemble de compétences avérées dans la formation des adultes

Le candidat idéal est titulaire d'une maîtrise en droit ou dans un domaine connexe ou possède une expérience de travail dans la magistrature ou qui équivaut manifestement à cela. Il faut noter qu’un agent des forces de l’ordre, expérimenté et qui possède des connaissances adéquates et démontrables acquises dans la pratique, dans le domaine de la cybercriminalité, peut également répondre à ces critères.

Une expérience de travail avec des organisations internationales ou des projets internationaux en relation avec la formation judiciaire (ou la formation des forces de l'ordre) est considérée comme un atout.

Une expérience de travail en Afrique de l'Ouest, et en particulier dans les pays de la zone CEDEAO, est considérée comme un atout.

La maîtrise du français, de l'anglais ou du portugais est requise. La maîtrise de deux ou plusieurs de ces langues est un atout.

Solides compétences en communication avec une capacité avérée à comprendre les concepts clés et à communiquer avec du personnel de différents horizons, de différents secteurs d'activité et de gestion sont nécessaires.

Une expérience de travail avérée dans un environnement complexe, dynamique et multiculturel est nécessaire.

 Expérience professionnelle générale et spécifique

L’expérience suivante est considérée comme une expérience clé :

  • Un minimum de 5 ans d’expérience démontrable dans le domaine de la cybercriminalité et / ou de la cybersécurité.
  • Expérience approfondie de la formation judiciaire et / ou de la formation des forces de l'ordre en matière de cybercriminalité.
  • Bonne compréhension du rôle du pouvoir judiciaire dans la poursuite et le jugement des affaires où les preuves électroniques et la cybercriminalité sont en jeu.
  • Expérience dans la prestation de formations liées à la cybercriminalité pour les organisations internationales ou vaste expérience acquise dans la formation des institutions pertinentes au niveau national.
  • Un minimum de 5 ans d'expérience dans la formation de professionnels juridiques ou techniques / répressifs dans un cadre restreint (apprentissage / enseignement des adultes).

L’expérience suivante est considérée comme souhaitable mais non obligatoire :

  • L'expérience acquise dans la région de la CEDEAO et de la Mauritanie est un atout.
  • Expérience dans l'arbitrage ou la poursuite des affaires de cybercriminalité.
  • Expérience de travail à la justice/magistrature, en tant que juge ou procureur est un atout.
  • Une expérience dans la rédaction de stratégies nationales de cybersécurité et de cybercriminalité est un atout.
  • Expérience dans la gouvernance de l’Internet et des processus multipartites connexes
  • Expérience de travail avec des organisations internationales actives dans ce domaine, telles que le GFCE, le Conseil de l'Europe, la Banque mondiale, l'ONUDC ou autres.
  • Expérience de travail avec les forces de l'ordre, les CERTs et d'autres agences gouvernementales pertinentes est un atout.

L’équipe du projet se réserve le droit de négocier à la fois sur le prix et le contenu pendant la phase d’acceptation.

Informations complémentaires

Veuillez noter que les candidats qui satisfont aux termes de référence actuels seront placés sur une liste restreinte et que les affectations individuelles seront attribuées en fonction d'une sélection supplémentaire par l'équipe du projet, en fonction des honoraires, de l'expérience et de la disponibilité des experts présélectionnés.

Les rôles, livrables et missions spécifiques seront ensuite déterminés par l'équipe du projet en fonction des qualifications et de l'expertise des consultants sélectionnés et des exigences des pays bénéficiaires. Les experts peuvent également être appelés à travailler en équipes de 2 ou 3. Le placement sur la liste restreinte ne garantit pas un nombre de jours ouvrables à attribuer à l'expert. Ceci est soumis à une autre étape d’évaluation et d’accord par écrit. Une fois les tâches identifiées, une sélection de candidats sur la liste restreinte sera effectuée et des livrables spécifiques seront convenus avec les jours ouvrables associés.

Le nombre maximum de jours ouvrables doit inclure les jours déjà travaillés pour le projet.

Les documents suivants sont demandés :

  • Une brève lettre de motivation décrivant l'expérience des experts conformément à ces termes de référence, et les honoraires journaliers à demander.
  • Un CV décrivant l'expérience des experts clés des prestataires dans ce domaine (de préférence au format Europass) et leurs compétences linguistiques.
  • Deux exemples de travaux réalisés par le prestataire dans le domaine de la formation judiciaire - de préférence en relation ou en coopération avec des organisations internationales et sur le thème de la cybercriminalité.

L’équipe du projet se réserve le droit de négocier à la fois sur le prix et le contenu pendant la phase d’acceptation.

Critères de sélection des candidatures

Le processus de sélection des candidats s'opérera selon le(s) critère(s) suivant(s) :

  • Compétences du candidat en lien avec la mission d’expertise
  • Compréhension par le candidat des enjeux du projet de coopération
  • Connaissances du candidat du contexte local (pays ou région d’intervention)
  • Évaluation de l’expertise du candidat dans le domaine recherché
  • Expériences du candidat en lien avec la mission d’expertise
  • Formation/compétences/expériences du candidat

Date limite de candidature : 20/05/2021 23:59

Expertise France est l’agence publique de conception et de mise en œuvre de projets internationaux de coopération technique. L’agence intervient autour de quatre axes prioritaires :

  • gouvernance démocratique, économique et financière ;
  • paix, stabilité et sécurité ;
  • climat, agriculture et développement durable ;
  • santé et développement humain.

Dans ces domaines, Expertise France assure des missions d’ingénierie et de mise en œuvre de projets de renforcement des capacités, mobilise de l’expertise technique et joue un rôle d’ensemblier de projets faisant intervenir de l’expertise publique et des savoir-faire privés.

Ce site web utilise des cookies pour la réalisation des statistiques de visites. Ils nous permettent également d'assurer un bon fonctionnement de nos services. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.
Pour plus d'informations, Lire la politique des cookies >>.