Postuler

Réf.
2021/EEIALLCLTDEH/6373

Type d'offre
Experts

Type de contrat
Contrat de prestation de services

Secteurs d'activité
Menaces globales et criminalité organisée ; Migrations ; Organisation de la Société Civile ; Suivi et évaluation

Date limite de candidature
23/04/2021 23:59

Durée de la mission
Court terme

Durée
40 jours

Description de la mission

Au regard de l’enjeu et de la complexité du projet (durée de quatre ans, budget conséquent, intervention multi-pays et multi-acteurs, avec une approche holistique multi-secteurs) et selon les préconisations du plan de suivi-évaluation adopté pour le projet, l’équipe projet souhaite mener une évaluation intermédiaire externe à mi-parcours. Cette évaluation est planifiée alors que le projet mène une réflexion approfondie sur la stratégie de mise en œuvre de l’intervention.

Une étude ROM a été menée sur le projet par l’UE en amont de la présente évaluation intermédiaire (mars 2021), ainsi qu’une étude de cas par Altai Consulting pour l’UE sur la traite des êtres humains dans le Golfe de Guinée. La présente évaluation viendra approfondir les résultats et les recommandations de l’étude ROM et de l’étude de cas.

Cette évaluation est un jalon du projet pour assurer sa redevabilité envers le bailleur de fonds (Fonds Fiduciaire d’Urgence de l’Union Européenne), l’agence de mise en œuvre (Expertise France), et les bénéficiaires du projet.

L’objectif général de l’évaluation est d’améliorer l’intervention présente et future du projet.

Pour cela, elle dressera un bilan à mi-parcours avec comme objectifs spécifiques :

  • Analyse globale de la performance du projet : en répondant aux questions d’évaluation, vérifier si les besoins sont toujours présents, analyser l’efficacité de la gestion du projet, la durabilité, la potentialité d’impact, et les facteurs générant ou entravant la performance (obstacles récurrents, etc.) ;
  • Stratégie de mise en œuvre: confirmer et informer les choix stratégiques opérationnels et explorer les ajustements nécessaires par la formulation de recommandations ;
  • Apprentissage: identifier les bonnes pratiques et leçons apprises afin de proposer des recommandations pour réorienter et améliorer l’intervention.

L’évaluateur devra fournir les éléments de preuves expliquant les analyses, les liens de cause à effet. Leur travail doit encourager la responsabilisation, la prise de décisions, et l’apprentissage.

 

Pour plus d'information, voir les termes de référence joints en bas de cette page.

Description du projet ou contexte

La traite des personnes dans le Golfe de Guinée

La traite des êtres humains désigne le fait de recruter, transporter, transférer, héberger ou accueillir une personne en ayant recours à la force, à la contrainte, à la tromperie ou à d’autres moyens, en vue de l’exploiter (exploitation sexuelle, travail forcé etc.). Elle constitue une violation grave des droits de l’Homme et de la dignité humaine. La traite des personnes est également l’une des formes les plus lucratives de la criminalité organisée, à l’initiative de réseaux désormais globalisés.

On estime que 75% des mouvements migratoires en Afrique de l’Ouest sont réalisés à l’intérieur de la région. Dans la zone géographique d’intervention se trouvent plusieurs corridors intra régionaux majeurs associant flux migratoires (réguliers ou irréguliers) et occurrence de pratiques abusives, principalement à des fins d’exploitation sexuelle ou de travail forcé. La traite des personnes dans cette région possède à la fois une dimension interne et une dimension transnationale.

Le projet « Appui à la Lutte contre la Traite des Personnes » (ALTP)

Le projet ALTP vise à soutenir les autorités et la société civile de six pays du Golfe de Guinée (Guinée, Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Bénin et Nigeria) dans la lutte contre la traite des êtres humains. Cette région est en effet caractérisée par un schéma de traite transfrontalière et circulaire : ces pays sont à la fois des territoires d’origine, de transit et de destination des personnes victimes de traite.

L’objectif global du projet est de « Contribuer à la lutte contre la traite et le trafic illicite des êtres humains dans les pays du Golfe de Guinée ». Les bénéficiaires finaux sont les individus à risque, victimes potentielles et identifiées (femmes, hommes, mineurs, adultes). Pour ce faire, il met en œuvre quatre composantes :

Composante 1 : Consolidation institutionnelle et opérationnelle, et actions préventives

Composante 2 : Application des lois

Composante 3 : Protection des victimes

Composante 4 : Coopération régionale

L’équipe du projet se compose d’une équipe de coordination basée à Abidjan, en Côte d’Ivoire, d’une équipe nationale dans chaque pays (une seule personne pour Togo/Bénin), et d’une équipe au siège à Paris, France.

A ce jour, la mise en œuvre s’est concentrée sur la construction des bases de l’action, dans une optique de pérennisation de l’intervention, et la mise en œuvre des activités :

  • Les partenaires institutionnels étatiques du projet dans chaque pays ont bénéficié des activités de renforcement des compétences (formation et appui matériel) et de développement de leur stratégie, appui technique (expertise), renforcement des outils existants ou mis en œuvre.
  • Les organisations de la société civile (OSC) avec lesquelles le projet va collaborer ont été identifiées et la contractualisation est en cours. Elles vont bénéficier de subventions pour la prise en charge et l’accompagnement de victimes de traite et d’un plan de renforcement.
  • Des victimes de traite ont commencé à être référencées.
  • Des états des lieux ont eu lieu dans plusieurs pays, incluant :
    • Des diagnostics des chaines pénales, dont les ateliers de validation auront lieu d’avril à juin 2021 ;
    • Des diagnostics sur les moyens de sensibilisation et d’information utilisés et les campagnes de sensibilisation précédemment menées dans les pays, sur les lignes vertes leur usage, capacité et public, et sur les fonds d’assistance et indemnisation, bénéficiaires et effets ;
    • Des cartographies des acteurs statistiques ;
    • Des états des lieux des mécanismes nationaux de référencement.

Profil souhaité

L’évaluateur pourra être un évaluateur indépendant et/ou une agence d’évaluateurs.

S’il s’agit d’une équipe d’évaluateurs, alors l’équipe qui effectuera l’évaluation devra effectivement correspondre à l’équipe proposée dans l’offre technique, et respecter la parité femmes / hommes.

L’évaluateur sera préférentiellement basé dans un des pays d’intervention, de préférence Côte d’ivoire, Guinée ou Ghana, ou aura une équipe basée dans un des pays d’intervention, afin de collecter des données en présentiel dans au moins un pays d’intervention (ou plus si déplacements possibles).

Qualifications et compétences :

  • Diplôme dans le domaine des sciences sociales, du développement international, des sciences politiques
  • Excellente maitrise des méthodologies et outils d’évaluation
  • Excellente maitrise de la collecte et l’analyse de données quantitative et qualitative (mener des entretiens, groupes de discussion, enquêtes, etc.)
  • Excellentes capacités en synthèse et rédaction
  • Excellente maîtrise du français (écrit / oral) et de l’anglais (écrit / oral)

Expérience professionnelle :

  • Expérience professionnelle d’au moins 8 ans dans la conduite d’évaluation de projet de développement
  • Expérience dans l’évaluation de projets complexes multi-pays
  • Solide expérience et connaissance des enjeux liés à la migration et de la lutte contre la traite des êtres humains
  • Bonne connaissance de la région du Golfe de Guinée
  • Expérience démontrée dans la conduite d’une évaluation à distance (le cas échéant)
  • Expérience de renforcement des capacités et accompagnement des autorités locales
  • Expérience et connaissance des contextes spécifiques des six pays d’intervention

Informations complémentaires

Les offres devront inclure (à télécharger dans le champs "Votre lettre de motivation/formulaire de candidature" sur la page d'envoi de la candidature) :

  • Une offre technique: compréhension et inputs sur les éléments des termes de référence, méthodologie, composition de l’équipe d’évaluation, les CV et expériences similaires, ainsi que les éléments mentionnés dans ces termes de référence (plan de travail, cadre d’assurance et de contrôle de la qualité, répartition des rôles et responsabilités) ;
  • Une offre financière: budget de l’évaluation et termes de paiement.

Critères de sélection des candidatures

Le processus de sélection des candidats s'opérera selon le(s) critère(s) suivant(s) :

  • Compétences du candidat en lien avec la mission d’expertise
  • Compréhension par le candidat du rôle de la mission au sein du projet de coopération
  • Connaissances du candidat du contexte local (pays ou région d’intervention)
  • Expériences du candidat en lien avec la mission d’expertise

Date limite de candidature : 23/04/2021 23:59

Document(s) joint(s) : ALTP - TDR évaluation intermédiaire FR.pdf - ALTP - TOR mid-term evaluation ENG.pdf

Expertise France est l’agence publique de conception et de mise en œuvre de projets internationaux de coopération technique. L’agence intervient autour de quatre axes prioritaires :

  • gouvernance démocratique, économique et financière ;
  • paix, stabilité et sécurité ;
  • climat, agriculture et développement durable ;
  • santé et développement humain.

Dans ces domaines, Expertise France assure des missions d’ingénierie et de mise en œuvre de projets de renforcement des capacités, mobilise de l’expertise technique et joue un rôle d’ensemblier de projets faisant intervenir de l’expertise publique et des savoir-faire privés.

Ce site web utilise des cookies pour la réalisation des statistiques de visites. Ils nous permettent également d'assurer un bon fonctionnement de nos services. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.
Pour plus d'informations, Lire la politique des cookies >>.