Postuler

Réf.
2020/TLEECDPDCI/6100

Type d'offre
Experts

Type de contrat
Contrat de prestation de services

Secteurs d'activité
Facilitation des affaires et intégration économique régionale

Date limite de candidature
31/12/2020 23:59

Durée de la mission
Long terme

Contrat
Indépendant / Entrepreneur Individuel

Durée
48 mois

Description de la mission

L'expert occupera les fonctions de Coordonnateur de l'UCP (Unité de Coordination du Programme) du PADEIR et assumera en même temps le rôle d'expert permanent en appui aux trois axes du programme :

  1. Renforcer les capacités institutionnelles des acteurs de la politique de promotion des exportations
  2. Lever les obstacles en matière de normes, de qualité et de mesures non tarifaires
  3. Renforcer les compétences et qualifications du personnel des chaînes de valeur exportatrices prioritaires

Il sera désigné par l'attributaire comme Régisseur du devis-programme qui sera mis en œuvre dans le cadre du projet. Il sera chargé de la planification, de la coordination et du suivi de la mise en œuvre des actions du Programme, en étroite concertation avec le MICA (Ministère de l'Industrie du Commerce et de l'Artisanat), le BACE (Bureau d’Appui à la Coopération Extérieure) et toutes les structures et institutions concernées ainsi qu'avec l'ensemble des bailleurs de fonds impliqués dans les secteurs concernés. En même temps, il sera chargé de la bonne mise en œuvre des trois axes du Programme et encadrera le personnel responsable du MICA.

 

 

Description du projet ou contexte

Contexte pays

Madagascar présente une originalité dans la structure de ses exportations. Pays classé au 8ème rang des pays les plus pauvres de la planète, son secteur des exportations témoigne pourtant d’une relative diversification géographique et de produits. Cette dynamique devrait se poursuivre au cours des prochaines années, portée également par la relance des investissements et un secteur industriel relativement dynamique. Les principaux produits d'exportation des biens en 2018 étaient les produits agricoles avec une part de 45,8% dont les principaux sont la vanille 24,78% et les produits halieutiques 4,98% ; suivis des produits miniers avec une part de 5,80% et les produits textiles et confection avec une part de 20,23%. Les exportations de Madagascar s’élevaient à plus de 2,9 milliards USD en 2018. Quant aux importations, elles étaient dominées par les biens d’équipements, les produits pétroliers, les produits alimentaires et les matières premières. Ces quatre catégories ont pesé pour 69% dans les importations. Le pays tire surtout profit du commerce des services. Les services ont représenté près d'un tiers des exportations totales de biens et services, en raison notamment de l'importance du tourisme.

Le pays connaît un déficit structurel de sa balance commerciale, toutefois en voie de réduction ces dernières années grâce à l'excédent commercial avec l'UE. A cet effet, sa balance commerciale a dégagé un excédent de 377 millions d'Euros avec l'UE en 2018. Viennent ensuite les USA dans le cadre de l'AGOA, 45% des produits exportés par Madagascar sont des produits agricoles et halieutiques, 20% des produits du secteur textile-habillement, et pour le reste, majoritairement des produits miniers. Les produits exportés représentent toutefois une faible valeur ajoutée, sauf ceux du textile.

Le pays se focalise avant tout sur les marchés européens (39%) et américains (13 %) de ses exportations et dans une moindre mesure l’Asie, notamment la Chine (7%). Mais il se donne peu les moyens de conquérir les marchés des pays voisins. On constate que les exportations vers l’Afrique du Sud ne représentent qu'environ 102 millions USD en 2018, toutefois en forte augmentation. Les deux régions SADC et COMESA ne représentent respectivement que 6,08% et 3,3% du total des exportations malgaches.

Projet et objectifs

 Le Programme d’Appui au Développement des Exportations et à l'Intégration Régionale (PADEIR) vise à aider Madagascar à renforcer sa capacité exportatrice, à tirer profit des APE et à adapter la logique d'intervention définie par la stratégie globale de l'UE en matière d'aide au commerce (climat des investissements/libre échange/compétitivité) à la réalité malgache et aux ressources disponibles. Ce qui devrait contribuer in fine à son développement économique durable et inclusif. (Objectif global)

En effet, si Madagascar exporte déjà massivement vers l’UE (mais peu vers les pays voisins), il existe un potentiel important basé sur certains avantages comparatifs (et chaînes de valeur), qui ne demande qu’à être exploité. (Objectif spécifique).

Les entreprises doivent pouvoir bénéficier d’un appui institutionnel renforcé afin de parvenir à un cadre juridique et politique adapté, et des services à l’exportation améliorés. Ce changement doit passer par un renforcement des acteurs institutionnels en charge du pilotage et de la mise en œuvre de la politique de promotion des exportations, qui sont particulièrement faibles voire inexistants à Madagascar : le Ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat (MICA), le Ministère des Affaires Etrangères (MAE) et la future Agence de Promotion des Exportations (APEX).

Les réformes de l'environnement des affaires et du climat des investissements, précédemment couvertes par PROCOM, ne sont pas reprises telles quelles dans le PADEIR, en raison du nombre élevé d'initiatives des PTF déjà existants. En revanche, la facilitation du commerce et la suppression des entraves au commerce international, que ce soit pour des questions de normes et de qualité ou phytosanitaires ou de procédures de dédouanement, sont couvertes par ce programme.

Enfin, la compétitivité propre des entreprises doit être appuyée afin de pouvoir offrir des produits et services plus attrayants et mieux adaptés à la demande étrangère. Afin que cet appui ait un impact, il se focalisera sur certaines chaînes de valeur à fort potentiel : le textile, le tourisme et les TIC/e-commerce. Le manque de ressources humaines compétentes est une des lacunes principales qui se retrouve dans tous les secteurs : il sera en partie comblé par une meilleure offre en formation professionnelle financée par le Fonds Malgache de Formation Professionnelle (FMFP). Les besoins plus spécifiques seront couverts par des appuis canalisés par les organisations intermédiaires des secteurs concernés.

Les résultats escomptés se situent au niveau de trois axes principaux :

  • Résultat 1 : Les capacités institutionnelles et organisationnelles des acteurs de la politique de promotion des exportations sont renforcées
  • Résultat 2 : Les obstacles en matière de normes, de qualité et de mesures non tarifaires sont levés
  • Résultat 3 : Les compétences et qualifications du personnel des chaînes de valeurs exportatrices prioritaires sont renforcées et leur accompagnement est structuré.

L'UCP qui va être mis en place aura pour mission d'atteindre ces 3 résultats à travers :

  • Le renforcement des capacités institutionnelles des acteurs de la politique de promotion des exportations
  • La levée des obstacles en matière de normes, de qualité et de mesures non tarifaires
  • Le renforcement des compétences et qualifications du personnel des chaînes de valeur exportatrices prioritaires

L'UCP sera en charge de

  • La gestion du projet
  • La coordination des experts court-terme
  • Le renforcement des acteurs publics
  • L'appui  à la qualité
  • Renforcement des capacités en vue de l'amélioration des chaînes de valeur et filières prioritaires
  • amélioration et renforcement des secteurs d'exportation prioritaires (textile, tourisme, TIC)
  • Appui à la mise en œuvre de la stratégie nationale d'exportation

Profil souhaité

Qualifications et compétences

L'expert devra avoir :

  • Un Diplôme de l'enseignement universitaire ou supérieur de niveau BAC+5 dans l’un des domaines suivants : Développement et Coopération internationale, Économie du développement ou autre diplôme équivalent (BAC+3 dans les domaines mentionnés et dix (10) années d'expérience) ;
  • Une maîtrise parfaite du français (niveau C1 ou équivalent) tant à l'écrit qu'à l'oral et des capacités à travailler en langue anglaise (niveau B2 ou équivalent) vérifiable par certificat et/ou entretien;

 

Expérience professionnelle générale

L’expert(e) doit justifier de :

  • Au moins sept (7) ans dans la coordination et la gestion de programmes de développement, dont au moins cinq (5) ans dans au moins deux pays différents de l'ACP.
  • Expérience de cinq (5) ans minimum dans la coordination de projet/programme de renforcement institutionnel d’organisations de droit public ou privé, et de développement du secteur privé, dont au moins un projet/programme financé par l'Union Européenne.
  • Expérience de cinq (5) ans minimum en matière de gestion d'une équipe (organisation des taches, préparation de termes de référence pour des expertises de courte durée, gestion de mission, …)
  • Expérience de deux (2) ans minimum en matière d'animation et de facilitation de processus de dialogue inter-acteurs

Expérience professionnelle spécifique

L’expert(e) doit démontrer une expérience d'un minimum de sept (7) ans répartis cumulativement dans les domaines suivants :

  • L’administration, la gestion et la mise en œuvre d’appel à propositions et/ou subventions
  • L’accompagnement à l'élaboration de politique sectorielle ;
  • Le suivi de la politique commerciale et d'intégration régionale en Afrique
  • La mise en œuvre de dispositifs de suivi évaluation, axée sur les résultats
  • La coordination des actions des différents acteurs.

Serait un atout :

  • Expérience en matière de gestion de devis-programmes selon les règles du FED

 

Informations complémentaires

La date prévue pour le début du projet est fixée au premier semestre 2021, pour une durée de 48 mois à partir de cette date

Pour toute question merci de contacter:

latif.diop@expertisefrance.fr

paola.brienza@expertisefrance.fr

Critères de sélection des candidatures

Le processus de sélection des candidats s'opérera selon le(s) critère(s) suivant(s) :

  • Compétences du candidat en lien avec la mission d’expertise
  • Compréhension linguistiques attendues du candidat
  • Compréhension par le candidat des enjeux du projet de coopération
  • Compréhension par le candidat du rôle de la mission au sein du projet de coopération
  • Connaissances du candidat du contexte local (pays ou région d’intervention)
  • Évaluation de l’expertise du candidat dans le domaine recherché
  • Expériences du candidat en lien avec la mission d’expertise
  • Formation/compétences/expériences du candidat

Date limite de candidature : 31/12/2020 23:59

Expertise France est l’agence publique de conception et de mise en œuvre de projets internationaux de coopération technique. L’agence intervient autour de quatre axes prioritaires :

  • gouvernance démocratique, économique et financière ;
  • paix, stabilité et sécurité ;
  • climat, agriculture et développement durable ;
  • santé et développement humain.

Dans ces domaines, Expertise France assure des missions d’ingénierie et de mise en œuvre de projets de renforcement des capacités, mobilise de l’expertise technique et joue un rôle d’ensemblier de projets faisant intervenir de l’expertise publique et des savoir-faire privés.

Ce site web utilise des cookies pour la réalisation des statistiques de visites. Ils nous permettent également d'assurer un bon fonctionnement de nos services. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.
Pour plus d'informations, Lire la politique des cookies >>.