Postuler

Réf.
2020/EIR/5786

Type d'offre
Poste terrain

Type de contrat
CDDU

Secteurs d'activité
Administration ; Affaires financières ; Gestion administrative et financière ; Les maladies transmissibles ; Politique de la santé ; Systèmes de santé

Sous-thématique
Financement des systèmes de santé ; Gouvernance des systèmes de santé ; Objectifs de développement durable ; Paludisme ; Tuberculose ; VIH/sida

Date limite de candidature
07/09/2020 23:59

Contrat
Salarié

Durée
12 mois renouvelables

Description de la mission

L’objectif principal de cette mission est d’accompagner le Ministère de la santé de la République Démocratique du Congo à apporter les changements nécessaires pour optimiser la gestion des ressources financières afin de contribuer la mise en œuvre de la CSU.

Cela amène à proposer d’axer le travail de l’expert.e IPSA sur la gouvernance financière en complément de l’expertise apportée par d’autres partenaires techniques et financiers (PTF), notamment la Banque mondiale, très investie sur le plan CSU. Ses axes de travail s’orientent autour de : 

  • Un soutien technique à l’opérationnalisation de la DAF en collaboration avec le Ministère des finances et le Ministère du budget pour renforcer son rôle au sein du Ministère de la santé. Cela implique une intervention au niveau du cadre règlementaire et de l’organisation même du Ministère avec un renforcement nécessaire des capacités ;
  • Un appui à la décentralisation pour améliorer les demandes de financement des provinces et renforcer la capacité de gestion des budgets alloués aux provinces ;
  • L’harmonisation des circuits de financement des bailleurs au niveau central et provincial par un soutien à la mise en œuvre du « contrat unique » ;
  • Un suivi des engagements nationaux de co-financements des subventions du FM ;
  • Un appui à la réflexion sur la complémentarité des interventions pour un renforcement optimal de la DAF au sein du Ministère et de manière plus générale, des besoins en assistances techniques liés aux subventions du FM.

De manière spécifique, les objectifs se déclinent comme suit :

Objectif spécifique 1 : Apporter un soutien technique à l’opérationnalisation de la DAF en collaboration avec le Ministère des finances et le Ministère du budget pour renforcer son rôle au sein du Ministère de la santé. Cela implique une intervention au niveau du cadre règlementaire (arrêté ministériel à modifier, règles à respecter, etc.) et au niveau de l’organisation même du Ministère avec un renforcement nécessaire des capacités.

Activités :

  • Réaliser une analyse des besoins juridiques pour cadrer la mise en place de la gouvernance financière et renforcer le leadership de la DAF au sein du Ministère de la santé et auprès du gouvernement en tenant compte des lois et règlement existants ;
  • Appuyer la révision et la rédaction de documents juridiques nécessaires au bon fonctionnement de la DAF au niveau central et des provinces ;
  • Appuyer le développement d’un schéma organisationnel de gouvernance financière, couvrant l’ensemble des échelons administratifs du Ministère de la santé.

Objectif spécifique 2 : Appuyer la décentralisation pour améliorer les demandes de financement des provinces et renforcer les capacités de gestion budgétaire au sein des provinces, en lien avec le renforcement de la DAF au niveau central.

Activités :

  • Appuyer la mise en place d’outils de planification et d’élaboration des demandes de budgets en province :
    • Réaliser et/ou compléter l’inventaire des procédures et outils disponibles pour planifier et élaborer les demandes de financement des provinces ;
    • Harmoniser les procédures et outils pour simplifier la planification des demandes de financement au niveau des provinces et faciliter le circuit d’information en lien avec la Direction des études et de la planification (DEP) ;
    • Contribuer à la programmation pluriannuelle du budget et la dissémination du budget dans les provinces ;
    • Appui à l’exécution des crédits et au suivi de leur exécution ;
    • Appui au rapportage de la DAF vers le Ministère du budget.
  • Participer aux réunions sur la gouvernance financière du Ministère de la santé, contribuer à la redynamisation d’un cadre de de concertation sur la gestion des finances publiques du Ministère de la santé ;Appuyer la réorganisation de la DAF santé en tenant compte du cadre organique fixé par le Ministère de la fonction publique pour mieux intégrer les demandes budgétaires des provinces.

 

Objectifs spécifique 3 : Faciliter l’harmonisation des circuits de financement des bailleurs au niveau central et provincial par un soutien à la mise en œuvre du « contrat unique ».  

  • Contribuer à harmoniser les procédures, les outils disponibles au sein de la DAF et ceux utilisés par les partenaires techniques et financiers y compris la Cellule d’Appui à la Gestion financière qui gère les allocations s du Fonds mondial et de Gavi ;
  • Renforcer la coordination et l’harmonisation entre la DAF et les PTF au niveau de l’approche provinciale et la mise en œuvre du « contrat unique » ;
  • Assurer le suivi des co-financements FM par la partie nationale en lien avec l’exécution du suivi budgétaire ;
  • Participer à la réflexion sur les modalités de financement de la santé par les PTFs et particulièrement le FM, dans le cadre de la mise en place de la CSU.

Objectif spécifique 4 : accompagner la réflexion sur la complémentarité des intervenants pour un renforcement optimal de la DAF au sein du Ministère et de manière plus générale, les besoins en assistances techniques liés aux subventions du FM.

Activités :

  • Identifier les besoins en assistances techniques nécessaires au renforcement de la gouvernance financière du Ministère de la santé ;
  • Évaluer, en appui à l’Instance de coordination nationale (ICN/CCM), les besoins en assistances techniques que L’Initiative pourrait apporter.

Description du projet ou contexte

Descriptif du projet :

Après avoir constaté la persistance de fragilités des systèmes pour la santé, notamment en Afrique de l’Ouest et du Centre,

Afin de renforcer l’efficience de l’investissement majeur de la France dans la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ainsi que dans le renforcement des systèmes pour la santé, via sa contribution au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme,

Et tout en prenant en considération les autres investissements de la France dans la santé mondiale, tels ceux réalisés au sein de GAVI, l’Alliance pour les Vaccins ou encore d’Unitaid,

La France entend soutenir une orientation claire et adaptée des financements et procédures du Fonds Mondial en direction de certains pays d’Afrique subsaharienne francophone, en fournissant une expertise complémentaire bilatérale, portant sur des thématiques de gouvernance, de financement de la santé, d’intégration des luttes contre les maladies dans les systèmes de santé, y compris dans des contextes de décentralisation, d’appropriation par les pays et de contribution de la société civile.

L’expertise appuie par l’intermédiaire d’un expert de haut niveau, l’engagement politique des autorités de République Démocratique du Congo pour l’amélioration de la santé de la population et l’atteinte de la Couverture Universelle.

L’expert.e sera déployé.e par L’Initiative, facilité gérée par Expertise France et financée intégralement par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Éléments de contexte :

Lors de son élection en décembre 2018, le Président de la République Démocratique du Congo, Monsieur Félix Tshisekedi,  s’est engagé à mettre en œuvre une feuille de route pour atteindre la Couverture Sanitaire Universelle (CSU). Cet engagement s’articule autour des axes suivants : 

  • Une amélioration de l’offre de soins basée sur le renforcement des systèmes pour la santé pour augmenter l’accès à des soins de qualité ;
  • Un engagement financier de l’État plus important grâce à une augmentation et une meilleure gestion des ressources nationales afin de diminuer les dépenses des ménages ;
  • Un engagement multisectoriel basé sur une approche systémique et non sectorielle pour obtenir un impact durable sur l’état de santé des populations.

Cette vision a guidé la rédaction d’un plan d’action pour l’atteinte de la CSU en concertation avec le gouvernement et les partenaires techniques et financiers (PTF) et permis la tenue d’une conférence sur la CSU en février 2020 afin de discuter du plan d’action proposé et de développer une feuille de route avec l’ensemble des partenaires engagés.

L’approche du financement de la santé exprimée dans le plan d’action CSU repose en partie sur le renforcement des capacités de gestion administrative et financière du Ministère de la santé. Ce dernier a exprimé sa volonté de créer un comité de gouvernance financière et appelé les partenaires à déployer un appui technique au sein de son ministère.

Le choix d’un.e expert.e IPSA en RDC répond à une  volonté de soutien de la France à la la RDC autour de la mise en œuvre de la feuille de route CSU. Cette expertise permettra d’appuyer la réforme des finances publiques en ciblant spécifiquement l’opérationnalisation de la Direction Administrative et Financière (DAF) du Ministère de la santé, la décentralisation à travers le transfert de compétences et des ressources au niveau des provinces et l’harmonisation des procédures et des outils des Partenaires Techniques et Financiers. Un appui particulier sera apporté au suivi des co-financements du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme (FM).

Position hiérarchique et relations fonctionnelles

L’expert.e sera placé.e auprès du cabinet du Ministère de la santé. L’expert.e aura un lien contractuel avec le siège d’Expertise France à Paris, et notamment avec la coordinatrice technique des programmes pilotes.

L’expert.e sera en interface régulière avec l’équipe du Conseiller de coopération et d’action culturelle (COCAC) de l’Ambassade de France en RDC et du Conseiller régional en santé mondiale (basé à Brazzaville) pour faire état de l’avancée de la mission et de ses défis.

Il/Elle informera la coordinatrice technique des programmes pilotes sur une base mensuelle de l’évolution du plan d’action via une note mensuelle succincte (maximum 5 pages), un bilan cadre de performance trimestriel et un rapport annuel.

Des réunions téléphoniques régulières seront organisées entre l’expert.e, l’équipe du COCAC, le Conseiller Régional en Santé Mondiale, le responsable de portefeuille du Fonds Mondial, pour la mise en  place des activités de l’expert.e. La fréquence de ces réunions sera révisée selon les besoins.

 

Profil souhaité

Qualifications:

  • Titulaire d’un diplôme universitaire (3eme cycle) dans un domaine pertinent à la mission : en organisation et gestion de l’administration publique, gestion financière et administrative, économie santé publique, école de commerce ou expérience équivalente.
  • Expertises dans les domaines suivants :
    • La gestion administrative et financière
    • Le financement de la santé
    • Les 3 pandémies et fonctionnement du fonds mondial
    • Les systèmes de santé
    • Très bonne connaissance des goulots d’étranglements des subventions du fonds mondial et des systèmes de santé dans les pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre ;
    • Bonne connaissance des acteurs du domaine de la santé, institutionnels - nationaux, internationaux - , associatifs et communautaires, plus particulièrement dans le domaine du VIH/TB/Paludisme (financements, acteurs, enjeux, etc.) ;
    • Sens de la diplomatie avec les personnes et capacités d’influence ;
    • Capable de traiter les ambiguïtés en faisant preuve de souplesse et d’adaptation ;
    • Savoir instaurer une relation de confiance et collaborer avec des personnes issues d’horizons différents et à des niveaux hiérarchiques différents ;
    • Raisonnement structuré et critique pour résoudre les problèmes ;
    • Jugement sûr et décisions en temps opportun, en s’appuyant sur une analyse rigoureuse ;
    • Forte capacité de négociation ;
    • Excellente maîtrise du français et de l’anglais (courant) ;
    • Excellente maîtrise de la communication écrite et orale.

Expérience professionnelle générale

  • Bonne connaissance des pays d’Afrique francophone ;
  • Expérience professionnelle dans les domaines de l’expertise en santé de 15 à 20 ans ;
  • Expérience significative en matière de négociations politiques de haut niveau, ayant idéalement exercé des fonctions politiques de niveau ministériel ou SG ;
  • Expertise technique confirmée dans le domaine de la gouvernance financière / gestion des finances publiques ;
  • Expertise en économie de la santé, le financement de la santé ;
  • Expertise en comptabilité, marchés publics, réforme des établissements publics administratifs appréciée ;
  • Expérience réussie d’au moins 5 ans sur un poste similaire ;
  • Expérience dans la définition des politiques de financement des systèmes de santé ;
  • Expérience dans la réduction de la fragmentation et des coûts engendrés par l’existence de systèmes de gestion financière multiples ou parallèles pour absorber les subventions du Fonds mondial et d’autres donateurs ;
  • Expérience de coordination multi-acteurs.

Informations complémentaires

  • Lieu de la mission : Kinshasa – République Démocratique du Congo
  • Durée de la mission : 12 mois, renouvelable.
  • Date de prise de fonction (susceptible d’être modifiée) : 01/10/2020
  • Type de contrat : contrat de travail de droit privé (les agents publics seront détaché.e.s auprès d’Expertise France pour la durée de la mission)
  • Rémunération établie d’après la politique de rémunération d’Expertise France : salaire de base + prime de technicité et d’expatriation + prise en charge des frais de logement et, le cas échéant, de gardiennage + billets d’avion aller-retour entre l’adresse contractuelle et le lieu de résidence + prise en charge des frais de déménagement et de visa + couverture sociale (CFE, mutuelle, prévoyance)

Documents à fournir :

  • CV et lettre de motivation en français.

NB : Les candidat(e)s intéressé(e)s par cette opportunité sont invité(e)s soumettre leur dossier dans les meilleurs délais, Expertise France se réservant la possibilité de procéder à la présélection avant cette date.

Le processus de sélection des manifestations d’intérêt se fera en deux temps :

  • dans un premier temps, une liste restreinte sera établie librement par Expertise France ;
  • dans un second temps, les candidat(e)s sélectionné(e)s pourront être convié(e)s à un entretien.

 

Date limite de candidature : 07/09/2020 23:59

Expertise France est l’agence publique de conception et de mise en œuvre de projets internationaux de coopération technique. L’agence intervient autour de quatre axes prioritaires :

  • gouvernance démocratique, économique et financière ;
  • paix, stabilité et sécurité ;
  • climat, agriculture et développement durable ;
  • santé et développement humain.

Dans ces domaines, Expertise France assure des missions d’ingénierie et de mise en œuvre de projets de renforcement des capacités, mobilise de l’expertise technique et joue un rôle d’ensemblier de projets faisant intervenir de l’expertise publique et des savoir-faire privés.

Ce site web utilise des cookies pour la réalisation des statistiques de visites. Ils nous permettent également d'assurer un bon fonctionnement de nos services. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.
Pour plus d'informations, Lire la politique des cookies >>.